Le MOT du DOYEN

 
 

 

Michael LONSDALE
s’est éteint ce 21 septembre à l’âge de 89 ans.

Vous me direz peut-être que ce nom ne vous dit rien !
Mais quand je vous parlerai du film « Des hommes et des dieux » alors vous vous souviendrez de
ces moines et parmi eux du frère Luc de Tibhirine.
Dans ce film, frère Luc a été interprété par Michael LONSDALE.
Au soir de sa vie, interpréter frère Luc de Tibhirine dans le film de Xavier Beauvoir fut une grande
émotion.

« Mais ni le film, ni l’existence édifiante de frère Luc ne doivent nous faire oublier que c’est
le Christ le premier qui a donné sa vie pour nous. Jésus s’est laissé humilier, bafouer. Nous ne
sommes que ses disciples. » (1)

Nous avons eu le bonheur de le recevoir ici à Bastogne à la communauté Saint François.

Baptisé à 22 ans, Michael Lonsdale n’a jamais caché sa foi .

Aujourd’hui il est parti en paix.
Ce qu’il souhaitait : « J’aimerais partir en paix. Je voudrais mourir en Dieu, ce qui fonde ma
confiance face à la mort, c’est Jésus : mon ami m’a dit que la mort était vaincue, qu’elle n’avait pas
le dernier mot. Pourquoi se soucier de ce qui est entre les mains de Dieu ? » (2)

A Dieu et merci !
____________________
(1)(2) La Croix, 22 septembre 2020

 

        Mettre le monde en couleur,
           les couleurs de l’Amour.

Nous savons tous que la période que nous traversons est une période difficile à plus d’un titre:
difficultés politiques, économiques, sociales, culturelles, …
Partout la covid 19 frappe durement les populations et provoque un climat de tensions, de peurs,
de craintes, de révoltes…

Ne nous arrêtons pas à ce spectacle assez pessimiste de ce que nous vivons.
En prenant le temps de réfléchir, de regarder ce monde dans lequel nous vivons, nous découvrons
tant de tableaux positifs, tant de situations remarquables de service, de gratuité, de partage,
d’engagements au service des plus faibles, tant de personnes à la recherche d’un sens à leur vie,
tant de lieux d’écoute, de soutien, de réconfort, de réflexion, de prière.

Je pense à un secteur très important au niveau paroissial, c’est celui de la catéchèse :
l’évangélisation, l’annonce d’une Bonne Nouvelle d’Amour pour tous les hommes, la vie en
communauté, en Eglise.
Nous savons que depuis tant d’années, la catéchèse s’organise dans nos paroisses en petites
équipes, en fonction des âges et des célébrations (premières communions, confirmations).

Cette démarche demande une participation active de tous et spécialement des parents qui doivent
aussi être acteurs de cette catéchèse. Ceux-ci sont soutenus, épaulés, formés par des
responsables paroissiaux qui consacrent bénévolement et gratuitement leur temps, se dévouent sans compter au service de tous.
Je tiens personnellement à leur rendre hommage, à les remercier publiquement pour leur
engagement. Je sais très bien combien les parents leur sont reconnaissants.

Permettez-moi quand même d’insister sur un point très important : le respect des responsables.
Que faire, que dire quand des personnes qui donnent le meilleur d’elles-mêmes au service des
autres et qui, après avoir reçu des critiques, des remarques blessantes, repartent chez elles les
larmes aux yeux et le coeur lourd. Je ne peux l’accepter.

La participation à la vie de la communauté chrétienne est libre. C’est un choix libre et responsable.
Participer à la vie d’un groupe s’est s’engager en respectant les règles de ce groupe.

Je termine en rappelant une citation de Dostoiewski :
         « Toute société, pour se maintenir et vivre,
            a besoin absolument de respecter quelqu’un et quelque chose. »

Et cette réflexion d’un anonyme :
         « Traite les autres comme tu aimerais être traité.
            Et respecter les autres comme tu aimerais être respecté. »

Un chant que les enfants connaissent bien nous rappelle que
« la terre chante les couleurs que Dieu a mises dans nos mains. »

Ensemble, mettons le monde dans lequel nous vivons en couleur, les couleurs de l’Amour.


Jean-Claude PIVETTA,
curé-doyen de Bastogne